Please find our first statement here:


To support below call for action, we are calling for scientists to sign the statement

This statement was originally published in The Lancet on 2021-01-21.

Translated versions are available:

>Czech >English >Finnish >French >German >Greek >Italian >Portuguese >Slovak >Slovene >Spanish

The reference version is the English one published in The Lancet. Translations are provided for your convenience. Thank you to our volunteer translators.
Your language is not available? Contact us to provide a translation.

Plan d'action pour une défense paneuropéenne contre les nouveaux variants du SARS-CoV-2

Authors: Viola Priesemann, Rudi Balling, Melanie M. Brinkmann, Sandra Ciesek, Thomas Czypionka, Isabella Eckerle, Giulia Giordano, Claudia Hanson, Zdenek Hel, Pirta Hotulainen, Peter Klimek, Armin Nassehi, Andreas Peichl, Matjaž Perc, Elena Petelos, Barbara Prainsack, Ewa Szczurek

This translation was provided by Dr Michaël Rochoy, Univ. Lille, France.

Le nombre de cas de COVID-19 est très élevé en Europe. Les mesures actuelles ne réduisent pas suffisamment la propagation du virus, et de nouveaux variants du SARS-CoV-2 apparaissent. Les variants B.1.1.7 et B1.351, identifiées respectivement pour la première fois au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, se sont propagés à de nombreux pays européens1,2,3,4,5. Bien que leurs propriétés biologiques restent à caractériser, les données épidémiologiques suggèrent que ces variants ont une transmissibilité plus élevée que le variant original6,7. Ces propriétés virales pourraient augmenter le nombre effectif de réplication (R) dans la population. Dans le cas de B.1.1.7, les estimations suggèrent que R pourrait passer de 1 à environ 1,4 s'il n'y a pas de changement dans le comportement de la population3,4. Si cela se vérifie, de nombreux pays qui ont réduit R à 1 ou moins seront confrontés à une nouvelle vague de propagation virale malgré les mesures actuelles8,9. Lorsqu’un variant plus contagieux se sera établi, il sera de plus en plus difficile de stabiliser le nombre de nouvelles infections.

Malgré la disponibilité de vaccins efficaces, la production et la vaccination prendront des mois. Les pays devront gérer un nombre élevé de cas et leurs conséquences néfastes pendant plusieurs mois. Avec l'augmentation lente de l'immunité de la population et la pression de la sélection évolutive du virus, l'émergence de nouveaux variants du SARS-CoV-2 se poursuivra, ce qui pourrait conduire à des variants plus contagieux et à des variants qui pourraient rendre les vaccins moins efficaces. Ces variants pourraient rapidement exacerber la crise, bien avant qu'un nombre suffisant de personnes ne soient vaccinées. Dans l'attente de données expérimentales pour comprendre les caractéristiques des nouveaux variants, des décisions paneuropéennes doivent être prises, et des actions doivent être menées immédiatement pour contenir la propagation des nouveaux variants.

Si des mesures ne sont pas prises pour empêcher la propagation de nouvelles variantes présentant des avantages sélectifs, le nombre de cas et d'admissions à l'hôpital augmentera. Une telle augmentation pourrait entraîner l'effondrement des systèmes de soins de santé. Dans de nombreux pays, les hôpitaux ne peuvent plus fournir des soins de qualité habituelle à tous les patients. De nombreuses unités de soins intensifs ont déjà dépassé leur capacité et les procédures non urgentes ont été reportées de plusieurs semaines ou de plusieurs mois. Les retards de diagnostic et les soins compromis pour d'autres maladies posent des risques supplémentaires pour la santé, non seulement pour les patients atteints de COVID-19, mais aussi pour l'ensemble de la population.

Les professionnels de la santé et autres travailleurs de première ligne ont déjà travaillé dans des conditions extrêmes pendant la majeure partie de l'année dernière, ce qui a eu de graves répercussions sur leur santé physique et mentale. Si des variants comme B.1.1.7 entraînent une nouvelle augmentation du nombre de cas, cela pourrait submerger les professionnels de la santé et amener les systèmes de santé au point de rupture. Il est essentiel de veiller à alléger la charge qui pèse sur les professionnels de la santé tout en préservant la viabilité du système. Un soutien adéquat de ces forces cruciales pourrait nécessiter des fonds supplémentaires.

L'endiguement et l'atténuation deviennent plus difficiles avec l'apparition d'un variant plus infectieux. Si l'on suppose que le variant B.1.1.7 fait passer la valeur de R de 1 à environ 1,4, permettant ainsi sa propagation sans modification du comportement des personnes, on peut s'attendre à ce que le nombre de cas double chaque semaine. Des efforts importants seront nécessaires pour ramener R à 1 ou moins et reprendre le contrôle. Agir avant que B.1.1.7 ne se soit largement répandu signifie que ces mêmes efforts majeurs pourraient fortement réduire le nombre de nouveaux cas et ralentir la mise en place de B.1.1.7.

Swiss cheese model including new variants
This work by Riina Rupponen is licensed under CC BY 4.0

L'Europe doit agir maintenant pour retarder et prévenir toute nouvelle propagation du SRAS-CoV-28,9, en particulier de B.1.1.7, même en l'absence de données expérimentales définitives. Un plan clair d'action paneuropéenne immédiate et de mise en place rapide de mesures de santé publique doit être formulé, car de nouveaux variants à infectiosité accrue continueront probablement à apparaître. Nous suggérons des mesures de base possibles au sein du panel. Le principe directeur est de réduire le nombre de cas le plus rapidement possible, car cela présente de grands avantages pour la santé, la société et l'économie8,9. L'action conjointe de tous les pays européens rendra chaque effort national et local plus efficace et plus percutant et contribuera ainsi à préserver la santé publique dans toute l'Europe8.

Plus les restrictions durent longtemps et moins elles sont efficaces, plus les ressources psychologiques, sociales et économiques des personnes sont épuisées. Lorsque de nouveaux variants nécessitent des mesures encore plus strictes et plus longues que celles existantes, il est de la plus haute importance de veiller à ce que les personnes ayant une charge particulièrement lourde bénéficient d'un soutien financier et social, que les charges sociales soient réparties équitablement et que les services de santé mentale répondent à la demande croissante de faire face au deuil, à l'isolement, à la perte de revenus, à la peur, à l'abus d'alcool et de drogues, à l'insomnie et à l'anxiété résultant de la pandémie et des stratégies de confinement. Les facteurs contextuels et les facteurs affectant le comportement à risque, tels que la perception du risque, doivent également être pris en compte.

Les principes fondamentaux d'action consistent à éviter l'importation de nouveaux variants, à prévenir leur propagation et à améliorer la surveillance moléculaire. Plus les pays agissent tôt et plus efficacement, plus les restrictions peuvent être assouplies rapidement. Tous les types de mesures doivent être coordonnés et synchronisés à travers l'Europe. Chaque réduction supplémentaire de la contagion (c'est-à-dire de la R) compte, car elle réduit plus que proportionnellement la durée nécessaire des mesures strictes.

  1. Atteindre et maintenir un faible nombre de cas grâce à une stratégie de prévention claire 
    1. Définir des objectifs clairs et raviver la motivation : définir clairement les objectifs à atteindre pour que les mesures soient levées et expliquer la logique qui les sous-tend ; faire comprendre de manière convaincante que la lutte contre la pandémie nécessite un effort collectif dans l'intérêt de chaque citoyen ; et assurer un soutien social et économique adéquat à ceux qui en ont besoin. 
    2. Agir tôt : mettre en œuvre des mesures d'atténuation des risques avant que le nombre de cas n'augmente.
    3. Réduire le nombre de contacts physiques : rencontrer le moins de personnes différentes possible ; mettre en place et améliorer la scolarisation à domicile et en ligne ; les petites bulles sociales stables et les groupes stables à la maison et au travail doivent être préférés à l'alternance des contacts. 
    4. Prévenir la contagion par des mesures individuelles telles que l'éloignement physique, l'hygiène, les masques faciaux, la ventilation et l'utilisation de filtres, en évitant les espaces clos et encombrés et en restant chez soi lorsque l'on ressent des symptômes ; fournir des masques FFP2 à ceux qui en ont besoin et à tous ceux qui ne peuvent pas travailler à domicile. 
  2. Surveiller la propagation du virus et des différents variants 
    1. Tester, tracer, isoler, soutenir : imposer l'isolement obligatoire des personnes dont l'infection est confirmée et encourager la mise en quarantaine préventive des cas suspects ; soutenir les personnes et les familles touchées. 
    2. Dépister et tester de manière préventive : proposer des tests gratuits dans les écoles et sur les lieux de travail afin de détecter rapidement les foyers et de protéger les personnes ; augmenter la capacité de dépistage pour répondre à la demande ; utiliser la surveillance des eaux usées pour détecter les poussées locales. 
    3. Augmenter le séquençage génétique et la détection par PCR du variant B.1.1.7, ainsi que d'autres variants du SARS-CoV-210.
  3. Arrêter le virus aux frontières et protéger les personnes vulnérables 
    1. Réduire les déplacements à l'intérieur et au-delà des frontières nationales, et exiger des tests et une mise en quarantaine pour les voyageurs transfrontaliers ; les tests doivent être exigés 24 heures avant le voyage et 7 à 10 jours après le voyage ; mettre en quarantaine toute personne arrivant de pays où la transmission locale de COVID-19 est élevée ou de variants suspects. 
    2. Améliorer la protection et le soutien des personnes âgées et des groupes vulnérables ; favoriser les échanges européens sur les stratégies et les mesures efficaces pour accélérer les progrès. 
  4. Accroître l'efficacité et le rythme de la vaccination 
    1. Accélérer la vaccination : améliorer l'approvisionnement, la fourniture et l'attribution des vaccins par l'apprentissage mutuel et la coopération internationale ; coordonner les efforts pour augmenter la production de vaccins. 
    2. Surveiller les infections chez les personnes vaccinées afin de détecter le plus rapidement possible une éventuelle réinfection par de nouveaux variants ou une gestion déficiente de la vaccination. 
    3. Répondre à des questions urgentes par la coopération internationale ; rechercher des moyens d'améliorer les régimes de vaccination pour optimiser la logistique, ou accroître la volonté de se faire vacciner en utilisant des données provenant de plusieurs pays. 

Swiss cheese model including new variants
This work by Riina Rupponen is licensed under CC BY 4.0

Référence

Matériel complémentaire

Dans la suite, dans une perspective épidémiologique, nous nous concentrons sur les principes fondamentaux qui peuvent ralentir la propagation du virus, et notons que la pression susmentionnée sur la santé publique et le bien-être personnel doit également être prise en compte. Pour réduire la pression sur la santé, la société et l'économie, la durée nécessaire des mesures strictes devrait être aussi courte que possible - ce qui devrait être réalisé en les rendant aussi fortes et efficaces que possible.

Il convient de souligner que nos conclusions ne se limitent pas au point B.1.1.7 ou aux autres variants identifiés à ce jour : elles s'appliquent en général chaque fois que l'émergence de nouvelles mutations remet en question les pratiques et stratégies existantes. Une meilleure surveillance est nécessaire pour les détecter le plus tôt possible et pour permettre aux pays de se préparer. En outre, les données expérimentales permettant de comprendre les caractéristiques biologiques modifiées accuseront toujours un retard de plusieurs semaines à plusieurs mois par rapport à la première identification d'un nouveau variant par séquençage génétique. Ainsi, les décisions de grande envergure doivent toujours être prises à un moment de grande incertitude, et certainement alors que les preuves de l'impact réel des nouveaux variants continuent d'apparaître. Mais ce n'est qu'alors que des mesures proactives peuvent encore être efficaces pour contenir ou au moins ralentir la propagation. Les points suivants fournissent une ligne directrice, complémentaire aux précédents1,8.

Atteindre et maintenir un faible nombre de cas grâce à une stratégie de prévention claire

  1. Définir des objectifs clairs et raviver la motivation. La motivation et la capacité de nombreuses personnes à respecter les restrictions s'estompent ("fatigue pandémique"), ce qui rend les INPs (interventions non pharmaceutiques) moins efficaces. L'imposition de mesures toujours plus strictes met de plus en plus à contribution les sociétés et les économies. Les gouvernements doivent donc renforcer le moral du public en veillant à ce que les mesures soient équitables et cohérentes. Cela implique notamment d'expliquer clairement les raisons et les preuves qui sous-tendent ces mesures, et de rendre transparente la base de leur prise de décision. Ils doivent faire comprendre de manière convaincante que la lutte contre la pandémie nécessite un effort collectif dans l'intérêt de chaque citoyen, et veiller à ce qu'un soutien social et économique adéquat soit disponible pour ceux qui luttent. Un élément important de cette stratégie consiste à fixer et à communiquer des objectifs communs qui mettront fin au verrouillage lorsqu'ils seront atteints, au lieu de fixer des dates précises (qui sont ensuite révisées et prolongées, ce qui compromet encore plus le moral du public). Il faut redonner du pouvoir aux gens, en ce sens qu'il est de leur propre responsabilité et de leur propre intérêt de se conformer aux mesures de santé publique.
  2. Agir tôt. Mettre en œuvre des mesures d'atténuation des risques avant que le nombre de cas n'augmente. Une mise en œuvre préventive des mesures d'atténuation des risques peut ralentir l'augmentation prévue du nombre de cas ou même réduire le nombre de cas actuels, allégeant ainsi le fardeau du système de santé. En particulier, étant donné l'intervalle d'au moins 7 jours entre l'infection et la déclaration d'un nouveau cas, la déclaration est toujours retardée, et les mesures d'atténuation, si elles ne sont prises qu'après le début de l’augmentation du nombre de cas, peuvent déjà avoir une efficacité réduite. Il est donc crucial d'agir rapidement pour sauver des vies.
  3. Réduire le nombre de contacts physiques. Les contacts physiques dans tous les contextes comportent le risque de contagion, et comme le taux d'attaque secondaire de B.1.1.7 est probablement de 14 % au lieu de 10 % au Royaume-Uni6,7, la réduction des contacts est encore plus importante pour ralentir la propagation et réduire le nombre de nouveaux cas. Cela s'applique à tous les contacts lors de réunions familiales et sociales, au travail, à l'école ou dans les lieux publics. Le principe pour tous devrait donc être de rencontrer le moins de personnes différentes possible. Le télétravail et l'enseignement à distance devraient être mis en œuvre chaque fois que cela est possible. Le soutien aux parents qui font l'école à domicile devrait être renforcé. La taille des groupes doit être réduite et les membres des groupes doivent rester les mêmes. Dans tous les cas de figure, qu'ils soient privés ou professionnels, les petits groupes ou bulles sociales stables doivent être préférés à l'alternance des contacts.

    Les transports publics sont idéalement gérés avec au maximum une fraction des sièges occupés, tant que le nombre de cas est élevé. L'utilisation des transports publics est réduite par les arrangements de télétravail, la fermeture d'écoles et les commandes de billets en ligne. Bien qu'il soit très difficile de déduire le risque de contagion dans chaque type de transport public, le cadre - beaucoup de personnes dans un espace fermé et bondé - favorise clairement le risque de contagion. Par conséquent, pour protéger les personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile et qui doivent compter sur les transports publics, les transports publics aux heures de pointe ne devraient être utilisés que par ceux qui en ont fortement besoin et le nombre de véhicules devrait être augmenté. En outre, les heures de début de travail, de vente au détail et d'école devraient être décalées.

  4. Prévenir la contagion par la poursuite des mesures individuelles. À l'heure actuelle, les voies de transmission du SARS-CoV-2 sont beaucoup mieux comprises. Nous savons qu'un risque important réside dans les gouttelettes et les aérosols, ces derniers s'accumulant en suspension dans l'air partagé avec un individu infectieux. Par conséquent, les avantages et les principes de la prévention de la transmission devraient être clairement communiqués dans un langage simple. Les mesures de prévention efficaces sont désormais bien connues ; elles comprennent l'éloignement physique, l'hygiène, le port de masques faciaux, la ventilation et l'utilisation de filtres, l'évitement des espaces clos et encombrés et le fait de rester chez soi lorsque l'on ressent des symptômes. Se réunir à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur peut réduire le risque de contagion d'un facteur 2011. Les masques FFP2, plus efficaces, devraient être fournis gratuitement aux personnes qui en ont besoin et à tous les employés sur leur lieu de travail.

Surveiller la propagation du virus et des différents variants

  1. Tester, tracer, isoler, soutenir (TTIS). La détection et la rupture des chaînes d'infection contribuent fortement à l'atténuation de la propagation. Dans ce cas, les individus peuvent soutenir les autorités sanitaires, par exemple en notant régulièrement leurs contacts. En complément, les applications de traçage s'avèrent utiles. Toutes deux facilitent l'identification rapide et la mise en quarantaine des contacts potentiellement infectés. En outre, les connaissances acquises grâce à la recherche des contacts permettent de mieux comprendre quels contacts présentent un risque de contagion plus élevé. L'isolement et la quarantaine préventive nécessaires doivent être clairement encouragés et appliqués, et les individus doivent être soutenus. Il est essentiel de communiquer le nombre de cas et les données sur les hospitalisations et les décès, y compris les informations complémentaires aux niveaux local et national, et de veiller à ce qu'ils soient publiés de façon libre et exploitables pour l'évaluation scientifique.
  2. Effectuer un dépistage et des tests préventifs.  Compte tenu de la circulation des nouveaux variants, partout où les gens doivent se rencontrer en personne, un dépistage préalable et régulier est encore plus important que par le passé. L'accès aux tests doit être facilité et la capacité de dépistage doit être augmentée pour répondre à la demande. Sur le lieu de travail, les employeurs devraient proposer des tests réguliers et gratuits à leurs employés, idéalement deux fois par semaine. En complément, un dépistage régulier et potentiellement anonyme est utile et important pour détecter rapidement les épidémies sur les lieux de travail, dans les écoles, les universités et ailleurs. En outre, la surveillance des eaux usées pour détecter les poussées locales et le dépistage général sont faciles, anonymes et rentables à mettre en œuvre.
  3. Les verrouillages à long terme, ou les règles de quarantaine expansives, en raison des charges qu'elles imposent aux personnes concernées, deviennent de plus en plus inefficaces et invitent les gens à les contourner. Par conséquent, avec la disponibilité croissante, l'accessibilité et le coût décroissant des tests antigènes rapides, et avec l'apparition des premiers tests à domicile certifiés, la participation à des activités non essentielles (allant des activités culturelles et sportives aux visites au restaurant en passant par les services liés au corps tels qu’un salon de coiffure) devrait être subordonnée à un résultat de test négatif ne dépassant pas 24 heures. Il est important de garantir un accès facile aux tests pour tous les citoyens, en particulier pour les employés au travail, et de veiller à ce qu'il n'y ait pas d'autres obstacles formels ou informels à la participation aux tests. Les décideurs politiques devraient également veiller à ce que la capacité de production soit suffisante pour répondre à la demande accrue de tests qui en résultera.

  4. Augmenter le séquençage et la détection par PCR du variant B.1.1.7. L'amélioration de la surveillance permet de mieux prévoir le nombre de cas et de mutants. Il est important non seulement de signaler le nombre de cas, mais aussi d'augmenter le séquençage et la détection par PCR du variant B.1.1.7, ainsi que d'autres variants du SARS-CoV-210.

Arrêter le virus aux frontières et protéger les personnes vulnérables

  1. Réduire tous les déplacements à l'intérieur des pays et entre les pays.  La réduction des déplacements nationaux et transnationaux peut ralentir l'augmentation globale. Restreindre la mobilité à l'intérieur d'un pays et au niveau transnational permet de ralentir la propagation du nouveau variant et d'isoler les éventuelles flambées de ce nouveau variant avant qu'elles ne se propagent à d'autres régions ou pays. Cela (a) entraîne une augmentation moyenne plus lente du nombre de cas dans l'ensemble du pays, (b) réduit le nombre de régions nécessitant des mesures de confinement plus strictes, et (c) permet aux hôpitaux des régions moins touchées de venir en aide aux autres.
  2. Exiger des tests et une mise en quarantaine pour les voyageurs transfrontaliers. Les tests préventifs et la quarantaine pour les voyageurs transnationaux ralentissent la propagation transfrontalière des nouveaux variants. Par conséquent, deux tests (au maximum 24 heures avant le voyage, et 7 à 10 jours après le voyage) devraient être exigés pour toute personne arrivant de pays avec transmission locale de COVID-19. En outre, une quarantaine stricte d'au moins 10 jours devrait être ordonnée pour toute personne arrivant de pays à forte prévalence ou de nouveaux variants suspects.
  3. Améliorer la protection et le soutien des personnes âgées et des groupes vulnérables.  La meilleure mesure de protection consiste à faire baisser le nombre de cas. Lorsque le nombre de cas est élevé, le nombre d'infections non détectées augmente et le virus est introduit par inadvertance dans la population vulnérable8. Lorsque le nombre de cas est élevé, la protection de la population vulnérable n'est pas encore efficace. En tout état de cause, les plans de protection et de soutien aux personnes vulnérables, qui intègrent et étendent les points ci-dessus, doivent être améliorés. Dans ce domaine, l'échange européen sur les stratégies et les mesures efficaces accélérera les progrès.

Accroître l'efficacité et le rythme de la vaccination

  1. Accélérer la vaccination. Le variant B.1.1.7 a renforcé la nécessité d'accélérer la vaccination. Afin d'améliorer l'approvisionnement, la fourniture et l'attribution des vaccins en fonction des groupes prioritaires, il est urgent de mettre en place une coopération internationale pour pouvoir apprendre les uns des autres et mettre en œuvre les stratégies les plus efficaces en termes de santé publique européenne et de sécurité sanitaire mondiale. La prise de décision devient plus efficace lorsque l'incertitude est réduite par la combinaison de différentes sources de données et de données provenant de nombreux pays. En outre, les gouvernements devraient coordonner leurs efforts pour accroître la production de vaccins en tenant compte des chaînes d'approvisionnement et de la nécessité d'augmenter les capacités.
  2. Surveiller les infections chez les personnes vaccinées. La vaccination est également une arme contre les nouveaux variants actuels du virus. Les premières analyses indiquent que les mutations trouvées dans le nouveau variant ne diminuent pas l'efficacité des vaccins5. Toutefois, des mutations peuvent apparaître contre lesquelles les vaccins sont moins efficaces. Il est donc nécessaire de surveiller les infections chez les personnes vaccinées.
  3. Répondre aux questions urgentes grâce à une collaboration internationale. De nombreuses questions nécessitent une réponse rapide : Peut-on améliorer les régimes de vaccination, par exemple en n'administrant qu'une seule dose aux personnes déjà infectées comme rappel pour mieux gérer des ressources limitées ? Cela compromettrait-il la capacité à identifier les mutants échappés ? Comment peut-on améliorer la logistique ? Quels sont les paramètres à prendre en considération en termes d'allocation pour une distribution efficace des vaccins dans les régions éloignées et inaccessibles ? Comment motiver au mieux les gens à se faire vacciner et quelles sont les meilleures stratégies pour surmonter les hésitations et les refus de se faire vacciner ?

Référence additionnelle